Pétition

Laissons les filles tranquilles !

Nous sommes féministes, nous défendons tous les jours les droits des femmes, et nous pensons qu’il faut abroger la loi de 2004 contre le port des signes religieux dans les établissements scolaires.

La question n’est pas de savoir ce que les féministes que nous sommes pensent de la religion en général, ou de l’Islam en particulier, quel sens symbolique ou politique nous donnons au port du foulard islamique, qu’il soit volontaire ou imposé. La question, c’est qu’encore une fois on relègue les femmes au statut de victime, et qu’on propose de les exclure pour mieux les libérer. Encore une fois le corps des femmes est un champ de bataille, une ligne de front sur laquelle s’affrontent des idéologues au nom de leur libération. Et c’est aux filles et aux femmes musulmanes que la France demande de payer le prix de la laïcité. Aujourd’hui, dix ans après le vote de cette loi, qu’a-t-on gagné ? Combien de discriminations et de violences ont été commises en son nom ? Des femmes voilées ont été agressées. Des mères ont été discriminées. A ce prix, la France est-elle devenue plus laïque ? Non. Le port du voile a-t-il régressé, comme les promoteurs de cette loi l’espéraient ? Non. Des filles ont été exclues de l’école. Les camps se sont durcis. La violence contre les femmes a augmenté.

Nous sommes féministes et nous croyons que sommer des filles de dix ans de choisir un camp entre famille et école, entre la religion et la laïcité forcée, n’est pas la solution dont ces filles ont besoin pour s’émanciper. « Ne me libérez pas, je m’en charge » ! dit un vieux slogan féministe. Car ce n’est pas comme ça qu’on libère, c’est comme ça au contraire qu’on contribue à aliéner ceux qu’on prétend libérer. Le corps des femmes n’appartient à personne, pas plus à ceux qui veulent lui imposer le voile qu’à ceux qui veulent le lui retirer de force. Ce n’est pas en arrachant le voile d’une écolière ou en la chassant de l’école publique qu’on fera reculer le sexisme, bien au contraire.

Laissons les filles tranquilles ! Laissons-les réfléchir et discuter ensemble des voies et moyens de leurs propre libération, qu’il s’agisse de se libérer de la norme sexiste, du dogme hétérosexuel ou des interdits religieux, de la symbolique de tel fichu ou de tel chiffon, de la morale et du sacré, des injonctions à montrer ou cacher son corps et ses désirs. Et quoi de mieux pour cela que les bancs et la cour d’une école ?

L’école ne peut pas tout faire, mais elle est le lieu d’émancipation par excellence, parce que chacun peut en principe y accéder à un corpus commun de savoirs, quelle que soit la culture religieuse dans laquelle il ou elle a grandi. C’est là en principe que l’on découvre l’autre, les autres, et qu’on façonne à leur contact sa propre identité. On y apprend que les uns sont athés, les autres pratiquants, les unes juives, catholiques, protestantes, hindou, les autres musulmanes, les unes hétéro, les autres homosexuelles, filles, garçons ou trans, les uns d’une couleur, les autres d’une autre. Le rôle de l’école laïque est d’accueillir chacun et chacune avec ses différences, ses hontes et ses fiertés, ses secrets de famille, ses croyances et ses doutes. Le rôle de l’école laïque est de veiller à ce que toutes les souffrances puissent s’exprimer sans crainte, et non de préjuger de qui doit être libéré. Le rôle de l’école laïque est de faire preuve de bienveillance et d’ouverture, pas d’imposer d’en haut des valeurs qui n’auraient d’universelles que le nom, puisqu’elles se fonderaient sur l’exclusion.

Faut-il le rappeler ? Depuis 1905 et jusqu’au vote en 2004 de la loi contre le port des signes religieux dans les écoles, l’obligation de neutralité religieuse n’incombait qu’à l’Etat et à ses fonctionnaires, pas à ses citoyens. Aujourd’hui, en France, la laïcité prend trop souvent la forme d’une religion d’Etat au service de l’exclusion des filles et des minorités. Si c’est cette laïcité dogmatique – sacralisée – qui doit être inculquée demain aux enfants de France, ce ne sera pas en notre nom. Nous sommes féministes. Nous demandons le retrait de la loi qui interdit le port des signes religieux dans les établissements scolaires.

Si vous souhaitez signer la pétition, rendez-vous ici

 

Sont les premières signataires de ce texte : 

Therese Benoit, ingénieure d’études

Corinne Beoust, féministe

Marie-Laure Bousquet, membre du Collectif des Féministes pour l’Egalité

Mathilde Cannat, Geologue, CNRS

Sonia Dayan-Herzbrun, sociologue, professeure émérite à l’université Paris Diderot

Marie  de Cenival, conseillère genre et développement, initiatrice du collectif La Barbe

Marielle Debos, politiste, Université Paris Ouest Nanterre

Christine Delphy, sociologue CNRS et féministe

Joss Dray, photographe, membre du Collectif des Féministes pour l’Egalité

Nawal El Yadari, membre du Collectif des Féministes pour l’Egalité et du CRCE

Ilana Eloit, doctorante, London School of Economics

Harriet Hirshorn, réalisatrice

Emilie  Jouvet Photographe, réalisatrice

Gaelle Krikorian, sociologue

Ijtihad Judith Lefebvre, traductrice, membre du Collectif des Féministes pour l’Egalité

Blandine Lenoir, réalisatrice

Aby M’baye, psychosociologue, féministe

Nathalie Magnan, professeure en école d’art

Christophe Martet, journaliste

Marie-Thérese Mayoux, présidente du Planning Familiale des Hautes Alpes

Morgane Merteuil, porte parole du STRASS

Céline Mouzon, féministe

Reine Prat, autrice du rapport sur l’égalité femme/homme au Ministere de la Culture

Marie B. Schneider, artiste

Catherine Stephan, économiste

Sylvie Tissot, professeure à Paris 8, collectif Les mots sont importants

Amelie Verbeke, féministe

Anne-Laure Vernet, plasticienne, chercheure

Océanerosemarie, auteure/comédienne

5 réflexions sur “Pétition

  1. A la lecture de cet article j’avoue avoir été très choqué de découvrir que notre loi raciste contre le voile a désormais dix ans.
    Un peu triste qu’un lecteur de base (et masculin) ne puisse aussi signer…

    Aimé par 1 personne

  2. Incroyable que des « scientifiques », des « chercheuses », des « profs de fac » signent des tribunes fondées sur du vent. Où sont les faits ? Où est passée votre démarche scientifique ? Consultez les rapports. Les exclusions pour port du voile ont été très rares et n’ont eu lieu que dans des cas de prosélytisme avéré. La loi de 2004 a aussi permis de révéler d’autres problèmes : comme le port de couteau par les garçons sikhs. Eh oui, chaque religion a ses petits péchés mignons.

    Les filles qui portent volontairement le voile, sont plus intelligentes que votre texte. Elles savent faire la part des choses. Elles sont capables de le retirer à l’entrée du collège, sans pour autant se sentir attaquée dans leurs convictions.

    Que faites-vous des garçons qui dans les établissements refusent de s’asseoir à côté d’une fille ou d’une femme ? Des élèves qui remettent en cause l’évolution ? Tout cela pour des raisons religieuses.

    Votre préconisation : laissons-les faire. Ils vont spontanément débattre entre eux et faire la part des choses.

    Qu’on ne s’étonne plus que des crétins aillent décimer une équipe de rédaction, quand des « intellectuelles » ne sont plus capables d’étayer scientifiquement leurs positions et tombent dans la grande tambouille.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s